Accueil

Ecrivez moi

Twitter

Le Palais des déviants

Blogs

Neverlands

Remy Cattelain

Dickien

La Escoba

Fabrice Colin

David Calvo

Blackolero!

Greg Tocchini

Ed Tourriol

Nikolavitch

Désiré Costaud

Jérôme Meynardie

Warren Ellis

Kevin Smith

Rêves de Cendre

Fred

EPO

L'atelier

LinkMachineGo

Pas Longtemps

June

Nébal

Gabriel Delmas

Di Filippo and friends

Jérôme Cigut



 
Archives
<< current 01/01/2002 - 02/01/2002 02/01/2002 - 03/01/2002 03/01/2002 - 04/01/2002 04/01/2002 - 05/01/2002 05/01/2002 - 06/01/2002 06/01/2002 - 07/01/2002 07/01/2002 - 08/01/2002 08/01/2002 - 09/01/2002 09/01/2002 - 10/01/2002 10/01/2002 - 11/01/2002 11/01/2002 - 12/01/2002 12/01/2002 - 01/01/2003 01/01/2003 - 02/01/2003 02/01/2003 - 03/01/2003 03/01/2003 - 04/01/2003 04/01/2003 - 05/01/2003 05/01/2003 - 06/01/2003 06/01/2003 - 07/01/2003 07/01/2003 - 08/01/2003 08/01/2003 - 09/01/2003 09/01/2003 - 10/01/2003 10/01/2003 - 11/01/2003 11/01/2003 - 12/01/2003 12/01/2003 - 01/01/2004 01/01/2004 - 02/01/2004 02/01/2004 - 03/01/2004 03/01/2004 - 04/01/2004 04/01/2004 - 05/01/2004 05/01/2004 - 06/01/2004 06/01/2004 - 07/01/2004 07/01/2004 - 08/01/2004 08/01/2004 - 09/01/2004 09/01/2004 - 10/01/2004 10/01/2004 - 11/01/2004 11/01/2004 - 12/01/2004 12/01/2004 - 01/01/2005 01/01/2005 - 02/01/2005 02/01/2005 - 03/01/2005 03/01/2005 - 04/01/2005 04/01/2005 - 05/01/2005 05/01/2005 - 06/01/2005 06/01/2005 - 07/01/2005 07/01/2005 - 08/01/2005 08/01/2005 - 09/01/2005 09/01/2005 - 10/01/2005 10/01/2005 - 11/01/2005 11/01/2005 - 12/01/2005 12/01/2005 - 01/01/2006 01/01/2006 - 02/01/2006 02/01/2006 - 03/01/2006 03/01/2006 - 04/01/2006 04/01/2006 - 05/01/2006 05/01/2006 - 06/01/2006 06/01/2006 - 07/01/2006 07/01/2006 - 08/01/2006 08/01/2006 - 09/01/2006 09/01/2006 - 10/01/2006 10/01/2006 - 11/01/2006 11/01/2006 - 12/01/2006 12/01/2006 - 01/01/2007 01/01/2007 - 02/01/2007 02/01/2007 - 03/01/2007 03/01/2007 - 04/01/2007 04/01/2007 - 05/01/2007 05/01/2007 - 06/01/2007 06/01/2007 - 07/01/2007 07/01/2007 - 08/01/2007 08/01/2007 - 09/01/2007 09/01/2007 - 10/01/2007 10/01/2007 - 11/01/2007 11/01/2007 - 12/01/2007 12/01/2007 - 01/01/2008 01/01/2008 - 02/01/2008 02/01/2008 - 03/01/2008 03/01/2008 - 04/01/2008 04/01/2008 - 05/01/2008 05/01/2008 - 06/01/2008 06/01/2008 - 07/01/2008 07/01/2008 - 08/01/2008 08/01/2008 - 09/01/2008 09/01/2008 - 10/01/2008 10/01/2008 - 11/01/2008 11/01/2008 - 12/01/2008 12/01/2008 - 01/01/2009 01/01/2009 - 02/01/2009 02/01/2009 - 03/01/2009 03/01/2009 - 04/01/2009 04/01/2009 - 05/01/2009 05/01/2009 - 06/01/2009 06/01/2009 - 07/01/2009 07/01/2009 - 08/01/2009 08/01/2009 - 09/01/2009 09/01/2009 - 10/01/2009 10/01/2009 - 11/01/2009 11/01/2009 - 12/01/2009 12/01/2009 - 01/01/2010 01/01/2010 - 02/01/2010 02/01/2010 - 03/01/2010 03/01/2010 - 04/01/2010 04/01/2010 - 05/01/2010 05/01/2010 - 06/01/2010 06/01/2010 - 07/01/2010 07/01/2010 - 08/01/2010 08/01/2010 - 09/01/2010 09/01/2010 - 10/01/2010 10/01/2010 - 11/01/2010 11/01/2010 - 12/01/2010 12/01/2010 - 01/01/2011 01/01/2011 - 02/01/2011 02/01/2011 - 03/01/2011 03/01/2011 - 04/01/2011 04/01/2011 - 05/01/2011 05/01/2011 - 06/01/2011 06/01/2011 - 07/01/2011 07/01/2011 - 08/01/2011 08/01/2011 - 09/01/2011 09/01/2011 - 10/01/2011 10/01/2011 - 11/01/2011 11/01/2011 - 12/01/2011 12/01/2011 - 01/01/2012 01/01/2012 - 02/01/2012 02/01/2012 - 03/01/2012 03/01/2012 - 04/01/2012 04/01/2012 - 05/01/2012 05/01/2012 - 06/01/2012 06/01/2012 - 07/01/2012 07/01/2012 - 08/01/2012 08/01/2012 - 09/01/2012 09/01/2012 - 10/01/2012 10/01/2012 - 11/01/2012 11/01/2012 - 12/01/2012 12/01/2012 - 01/01/2013 01/01/2013 - 02/01/2013 02/01/2013 - 03/01/2013 03/01/2013 - 04/01/2013 04/01/2013 - 05/01/2013



 

samedi, août 30, 2008
 

The Archive from Sean Dunne on Vimeo.

11:24


2 comments
 

Voilà à quoi je ressemblais, à Nyons, lorsque je faisais mon Arthur C. Clarke... Derrière moi, ce sont Siegel et Shuster.(Photo: Bruno Para)


11:14


2 comments

vendredi, août 29, 2008
 

Je viens de lire cet article sur les briseurs de records de jeux d'arcade et je reste fasciné par les limites, les kill screens, ce dont parle Christopher Priest dans Les Extrêmes.
L'opposition entre le type qui connaît le code et pour qui tout n'est que zéro et un et l'artiste qui brise le record de Ms. Pac Man à l'intuition montre deux fonctionnements extrêmes du cerveau humain, aussi passionnants l'un que l'autre...




17:43


1 comments
 

En ce moment, relectures intensives (pour ne pas dire pénibles, 10 mois de boulot sans s'arrêter, ça commence à me peser dans les bottes). Quand je ne dors pas, je suis dans ça.










09:36


5 comments

jeudi, août 28, 2008
 

Les trois lecteurs de Neurotwistin' et les fanas de fusée connaissent John Whiteside Parsons. Un webcomic raconte sa vie ici.

16:03


2 comments

lundi, août 25, 2008
 

Margaret Thatcher souffre de démence...
En réalité, c'est pas depuis sept ans, mais depuis trente qu'elle souffre de démence...

18:05


1 comments
 



Lu Los Angeles de Peter Moore Smith (le frère de Julianne Moore, apparemment), drôle de petit livre noir qui narre le trip d'un albinos, film d'un riche producteur de films de L.A., qui vit enfermé dans son appart seulement éclairé par la lumière de son écran de télé diffusant en boucle Blade Runner.
Itinéraire en zig-zag pour ce livre qui ne révèle son sel qu'à la toute fin, dans un enième retournement de situation, et qui fait penser à tant d'oeuvres (de Hammet au Desolation Jones d'Ellis en passant, évidemment, par Dick) que l'impression reste mitigée. Hommage ou pastiche? Ratage ou réussite?
Essayez le premier chapitre ici.

17:31


0 comments
 


09:56


0 comments

dimanche, août 24, 2008
 

Le plus fascinant dans les discussions avec Eddie et Howard, étaient les moments anodins où ils lachaient, l'air de rien que l'un d'eux avait vu Thelonious Monk en concert à Manhattan (et que le pianiste avait dédié un morceau à Eric Dolphy en ajoutant "you've killed him, you white motherfuckers!), que l'autre avait accueilli trois jours chez lui Robert Crumb ("C'était comme avoir les Beatles à la maison") où que tous les deux avaient été invité à une fête en compagnie d'Arthur C. Clarke.

Vu The Dark Knight. J'ai ressenti les mêmes émotions qu'il y a presque une vingtaine d'années lorsque j'ai découvert pour la première fois The Killing Joke de Moore et Bolland ou Dark Knight Returns. Cette sensation de ténèbres et d'étouffement, ce frisson typiquement adolescent qui te fait dire que le grim'n gritty, c'est vraiment cool.
Le film te serre à la gorge dès le début et ne te lâche pas. J'ai rarement vu une telle intensité dans un long-métrage. La musique lancinante à base de larsens à la Sonic Youth couplée à ces plans de caméra qui tournent ne provoquent pas le vertige, mais le malaise. Non, vraiment, à chaud, je ne trouve presque rien à redire à ce film ressenti vraiment viscéralement.
Le plus surprenant reste sans doute le scénario qui ne me pas sembler se répéter par rapport aux centaines d'histoires de Batman que j'ai déjà lu.
Et cette noirceur, ce discours sur le terrorisme...
Vraiment: Gino's approved!

12:01


2 comments

vendredi, août 22, 2008
 

Le sort s'acharne. Non seulement j'ai une infection à une dent de sagesse, mais j'ai failli y passer, hier, lors de l'effondrement d'un balcon en plein-centre de Bordeaux. Quand j'ai vu des gens qui regardaient vers le haut, j'ai bien fait de lever les yeux à mon tour juste au moment où la pierre commençait à s'effriter. Je me suis écarté en courant tandis que le balcon s'effondrait dans un bruit de tonnerre.

14:19


3 comments

jeudi, août 21, 2008
 

Mon intervention par visio-conférence à la convention de Nyons a donc eu lieu aujourd'hui. Le son n'étant pas terrible, Ugo a dû passer l'enregistrement que j'avais fait quelques jours avant, mais j'ai tout de même pu répondre en direct aux questions. Et comme lesdites questions étaient intéressantes, c'était plutôt très sympa. J'essaierai de remettre en forme le texte et de le publier quelque part lorsque j'aurais le temps.
Howard Cruse et Eddie Sedarbaum sont ici et parler anglais toute la journée m'épuise. Je manque vraiment de pratique et de vocabulaire. Mais les discussions sont super intéressantes. C'est sans doute le bon moment pour vous inciter à lire ou relire le chef d'oeuvre d'Howard, Un Monde de différences.


19:07


0 comments

mercredi, août 20, 2008
 

Lu Spin, le meilleur livre de SF que j'ai lu depuis bien longtemps. Impressionnant de bout en bout. Une nouvelle idée sidérante vient remplacer la suivante à une cadence hallucinante. La narration, aller-retours entre présent et passé, est sans faille et semble couler (on imagine aisément le travail de folie derrière) et le style est limpide, sans éclat, mais hyper adapté (la traduction est super, paraît-il, je n'ai pas de mal à le croire puisqu'elle est del Senor Goullet, mais je l'ai lu en angliche).
Ca faisait longtemps que j'avais pas pris un tel pied avec un bouquin de SF. Disons aussi que finalement, j'en lis assez peu, en proportion de toutes mes lectures.



Vu Doomsday. Trip total. Excellent. Un canon, mélange entre Lara Croft et Snake Plissken, tire sur tout ce qui bouge et balance des low-kicks. Un bout de Escape from NY (musique comprise), un autre de Mad Max et des tas d'autres de plein de films des années 70 forment un film assez débile, mais super jouissif pour l'amateur. On frise souvent le ridicule sans jamais y sombrer franchement, mais les scènes d'action fonctionnent hyper bien et c'est, sans doute, tout ce qu'on demande à un tel film. Une bédé de 2000 AD en live, quoi.

11:37


6 comments

vendredi, août 15, 2008
 

J'ai réussi à tenir trois quart d'heure devant Frontières, une bouse mal écrite, mal jouée et enfilant plus de clichés que Cartier-Bresson pendant la libération de Paris.
Quand le méchant nazi est apparu, mon doigt a glissé inconsciemment vers la télécommande pour réveiller mon cerveau du spectacle de ce vide absolu.

19:02


1 comments

jeudi, août 14, 2008
 

Un très court-métrage de Jérôme Meynardie.
Je crois que ça s'appelle Cauchemar.


17:12


2 comments
 

Le single de l'année?

Maybe.


09:23


4 comments

mercredi, août 13, 2008
 


15:11


0 comments
 

Je suis une légende est vraiment un gros ratage. Même le début, le plus intéressant morceau du film, est plombée par des moments ridicules et peu crédibles. Si on y ajoute un scénar qui trahit le roman, des créatures ratées et un personnage de chercheur peu crédible, on aboutit encore à un film de Will Smith. Après I, Robot, il va sans doute réussir à gâcher Foundation ou Le Maître du Haut-Château. Imaginez Tagomi joué par Will Smith, pendant la scène du bijou, il fredonnerait une chanson de Queen...

10:25


0 comments

mardi, août 12, 2008
 


11:51


0 comments
 

Je me rends compte que je ne lis plus le blog de Neil Gaiman depuis trois ans... Hop, un coup de ménage.
Et du coup, je le remplace par celui d'Elric qui, étonnamment, n'était pas dans la liste.
Certains d'entre vous verront bientôt un dessin d'Elric, mais chuuut.

11:30


0 comments

dimanche, août 10, 2008
 

Le début de Wall E. est absolument parfait. Du pur cinéma: muet, inventif, drôle, touchant, intelligent, en un mot: génial. Et puis le film devient plus classique, change de décor et met en scène des humains. Malheureusement. On reste dans de l'animation haut de gamme, du Pixar de bon niveau, mais on ne retrouve jamais l'enchantement du début.
Quel chef d'oeuvre, ce film aurait pu être...

19:51


1 comments

jeudi, août 07, 2008
 

Chaykin classified "poor guys" who vote Republican as "fucking morons."

17:07


1 comments

mercredi, août 06, 2008
 

Patienter dans l’antichambre du bureau du président de la République française peut s’apparenter au temps passé dans la salle d’attente d’un dentiste. Les questions s’y amoncellent. De quoi va-t-il s’agir cette fois ? Simple détartrage terminé en cinq minutes ou demi-heure de soins pour une carie que l’on s’ignorait ? Va-t-on vivre un moment désagréable, mais court ou bien un enfer qui risque de s’éterniser ?
Lorsqu’on travaille pour la DGSE, une rencontre avec le chef de l’état suscite le même genre d’interrogations : le président va-t-il vous accorder cinq minutes pour vous serrer la main ? Vous féliciter de votre travail « décisif pour la France » ? Ou va-t-il au contraire vous injurier à propos de votre dernière mission, puis menacer de faire trucider votre famille si l’envie vous prenait de dévoiler le moindre éléments de cette opération raté avant de vous mettre au placard ? Ou, s’il vous reste un peu de chance à ce stade, va-t-il se contenter de vous virer ?
Fred Minard n’avait jamais croisé la route de celui que le peuple avait élu avec plus de 93% des voies, mais les récits glanés à propos de ce type de rendez-vous ne le rassuraient pas. Assis sur un fauteuil XVIIème dans un large couloir près de la porte du bureau présidentiel, il ne pouvait s’empêcher de repenser à cette histoire que lui avait raconté un jour Bruguet. Une agente dont une erreur de traduction avait compromis une importante transaction avec la Lybie n’était jamais réapparue après sa visite à l’Elysée. Des rumeurs courraient sur ce qu’il lui était advenu. La plus farfelue évoquait un cadavre balancé par une équipe de nettoyage sur la côte bretonne. Minard frissonnait à l’idée de la température de l’eau au large de Perros-Guirrec, lorsque le craquement du plancher le tira de sa rêverie Atlantique.
La porte qui le séparait du bureau du président s’ouvrit et un huissier en costume lui indiqua qu’il pouvait entrer. A l’intérieur, le secrétaire général lui tendit une main ferme que l’agent s’empressa de serrer.
— Monsieur Minard, ravi de vous rencontrer.
— Euh, moi de même.
— Si vous voulez bien me suivre, le Président vous attend.
Le second du chef de l’état ressemblait au haut fonctionnaire standard. Cheveux grisonnants, raie sur le côté, yeux vides, sourire carnassier, un faux air d’Hergé, mais un Hergé qui aurait enculé Milou avant le petit-déjeuner. Son costume bien taillé et son eau de toilette de luxe parvenaient à peine à masquer son allure de représentant de commerce typique.
L’image d’un hôtel Formule 1 traversa l’esprit de Minard tandis qu’il passait le seuil qui le séparait du bureau du président. La pièce n’était pas aussi grande qu’il l’avait imaginé. Le bureau, en revanche, mesurait plus de deux mètres ; l’agent n’en avait jamais vu d’aussi grand, pas même lorsqu’il s’était retrouvé devant celui de ce mégalo de préfet des Antilles lors d’une mission qui avait impliquée une fille magnifique, mais unijambiste, un poison mortel et une session de plongée sous-marine en compagnie d’un commando mené par un général corse à l’haleine provençale.

12:04


7 comments

mardi, août 05, 2008
 

L'ami Jim Dedieu remet ça sur Zuda. Cette fois, c'est avec Hob et copain Fredgri.
Et c'est bien. Evidemment que c'est bien.

09:29


0 comments

lundi, août 04, 2008
 

Certains films sont pensés et calibrés pour un public bien précis. Dirty Dancing (Danse lascive en québécois) fait partie de ce genre de films pour filles adolescentes. Rien d'étonnant à ce que je sois passé à côté. Après tout, combien de filles ont vu Karaté Kid?
La comparaison n'est pas fortuite, car après avoir regardé, hier, Danse Lascive, j'ai eu l'impression qu'il s'agissait du strict équivalent féminin de Karaté Kid. Les scènes de baston y sont remplacées par des scènes de danse, mais le récit de passage à l'age adulte et de combat face à l'adversité est semblable.
Les acteurs jouent aussi mal dans les deux films et les dialogues sont aussi mauvais dans l'un que dans l'autre.

Il existe apparemment un Dirty Dancing 2, que je vais m'empresser de regarder en repensant à Karaté Kid 2 évidemment...

10:21


1 comments

dimanche, août 03, 2008
 

Tous les signes étaient là. Critiques calamiteuses pas ou très peu contrebalancées par des avis positifs et même Jérôme me conseillait le film, alors que je sais bien que Jérôme aime tout ce qu'il va voir au cinéma. Bref, j'aurais dû voir venir.
Mais, poussée par la nostalgie, j'ai tout de même décidé d'aller voir le nouveau film X-Files.
Je n'ai pas eu l'impression de voir un navet, j'ai même plutôt bien aimé le côté "les héros vieillissent, ils ont des problèmes de couple...", mais l'intrigue principale, sorte de resucée de Clyde Bruckman Final's repose à la Frankenstein, m'en a touchée une sans faire bouger l'autre.
Bref, un film devant lequel le ferai la sieste lorsqu'il repassera dans quatre ans, un après-midi durant les fêtes de noël...

17:50


8 comments
 


11:04


4 comments

vendredi, août 01, 2008
 

Nom de Zeus! Patoche a ouvert un blog!

09:36


3 comments

 
This page is powered by Blogger.